Association cantines Antananarivo Madagascar

FAIRE UN DON EN LIGNE

 

LE RIZ ET LES HAUSSES DE PRIX EN 2017

Madagascar: la hausse du prix du riz modifie les habitudes alimentaires  - Par RFI Publié le 25-11-2017 

À Madagascar, le prix du riz ne cesse d'augmenter. En quelque mois, cette denrée de première nécessité pour les Malgaches est passée de 1 400 ariars soit (0,37 centimes d'euros) le kilo à 2 500 ariars (0,65 centimes d'euros). Dans ce pays qui fait partie des plus pauvres au monde, beaucoup d'habitants renoncent tout simplement à en manger.

Au petit-déjeuner, au déjeuner, au dîner et parfois même au goûter : le riz est incontournable à Madagascar. Saholy Razafimalala Saoul Razafmalal est mère au foyer, c'est elle qui s'occupe des courses. Elle rationne.

« C'est vraiment très dur »

« C'est très dur, explique-t-elle, c'est vraiment très dur, tout le monde ici souffre de cette hausse. En général, les Malgaches ont l'habitude d'en manger trois fois par jour. Maintenant, c'est plutôt une fois le soir, une fois l'après-midi. J'ai peu d'espoir pour l'avenir. Mais il faut que les prix redescendent par rapport à nos moyens. Sinon, plus personne ne pourra en manger.  »

Venotiana  Razanadrasoa, vendeuse, a remarqué aussi l'effet dévastateur de cette hausse sur ses clients : « J'ai beaucoup moins de clients. Ceux qui viennent sont ceux qui peuvent se le permettre, et encore, ils achètent moins. Au lieu d'un kilo, ils prennent la moitié de leur dose habituelle. »

Question en débat à l'Assemblée

Dépréciation de la monnaie locale, mauvaises récoltes, les raisons sont nombreuses pour cette flambée de prix. Pour Henry Lenou, président de Garduc, une association de consommateur, il est temps que le secteur soit régulée.

La situation est tellement préoccupante qu'elle a été débattue ce vendredi à l’Assemblée nationale.

Madagascar: les prix du riz s'envolent -  Par RFI - Publié le 24-10-2017 

Ces dernières semaines à Madagascar, le prix du kilo de riz n'a cessé d'augmenter. Une situation qui inquiète les Malgaches. Ces derniers en mangent à chaque repas. Ce sont plus de 2 millions de tonnes de riz par an qui sont consommées à Madagascar. Le ministre du Commerce et de la consommation a promis une importation massive pour faire baisser les prix.

Sur les marchés d'Antananarivo, le kilo de « vary gasy », le riz premier prix, considéré comme à la portée de tous, a atteint les 2 200 ariary, environ 60 centimes d'euros. Un riz que les Malgaches achètent 1 600 ariary le kilo d'ordinaire.

Cette hausse s'explique d'abord par les mauvaises récoltes de cette année. La sécheresse a touché les régions rizicoles de Madagascar, et notamment l'Alaotra Mangoro, province à l'est d'Antananarivo, considérée comme le grenier à riz du pays. Dans le nord-est de la Grande Île, dans la région de Sava, le cyclone Enawo a détruit 80% des rizières au mois de mars.

Un manque considérable pour faire face à la période de soudure qui a débuté ce mois-ci et qui s'étend jusqu'au mois d'avril.

Pour éviter la pénurie et revenir à un prix abordable du kilo de riz, le ministre du Commerce et de la consommation, Nourdine Chabani, mise sur une importation massive. « Les besoins sont estimés à 136 000 tonnes d'ici la fin de l'année, mais nous ne les avons pas », indique-t-il. En tout, Madagascar aura importé près de 400 000 tonnes de riz cette année contre 250 000 habituellement.